Créer une agence immobilière en 3 étapes

Créer agence immobilière

Quelles formalités s’imposent pour la création d’une agence immobilière ?

Ce secteur d’activité offre des perspectives intéressantes avec des gains considérables. Cela incite de nombreux entrepreneurs à lancer leur propre société dans ce domaine. Quelles conditions doivent-ils remplir pour concrétiser ce rêve ? Quelles démarches administratives doivent-ils effectuer pour mettre en place une telle structure ?

Immatriculer son agence immobilière

Immatriculier entreprise

Le promoteur commence par rédiger les statuts de son futur établissement. Il peut opter pour une entreprise individuelle. Il a aussi la possibilité de créer une société pluripersonnelle comme une SARL, une SA ou une SAS. Le document doit clairement préciser l’objet social de ladite structure. Un promoteur doit privilégier un nom commercial simple et sobre qui se rapproche de son activité. Une recherche d’antériorité s’impose pour éviter toute usurpation de marque déposée.

Les gens désireux de créer une agence immobilière doivent remplir l’une des deux conditions ci-dessous.

  • Ils doivent justifier d’un diplôme reconnu par l’État dans les domaines économiques, commerciaux ou juridiques. La réglementation en vigueur exige une licence académique ou un BTS immobilier. Les requérants peuvent aussi exhiber tout autre parchemin équivalent inscrit au répertoire national des certifications professionnelles.
  • À défaut d’une formation en bonne et due forme, ils doivent avoir travaillé pendant au moins 3 ans à temps complet dans une agence immobilière. Ils doivent apporter la preuve qu’ils ont exercé un emploi salarié se rapportant à l’objet social de l’entreprise à créer.

La demande d’immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés peut intervenir directement en ligne sur le site Infogreffe. Les promoteurs peuvent aussi se rendre au tribunal de commerce le plus proche pour les formalités. Ils doivent se munir de leurs statuts signés. Ils doivent constituer le capital social après l’enregistrement de l’entreprise. Cela peut s’effectuer auprès d’un établissement bancaire, d’un notaire ou d’une Caisse des Dépôts et des consignations. Après cette formalité, ils obtiennent une attestation de dépôt de capital. Une étude du marché et l’élaboration d’un business plan s’imposent avant la création d’une agence immobilière.

Effectuer les démarches pour obtenir sa carte professionnelle

Transactions immobilièresLa délivrance de cette pièce incombe à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI). Le requérant adresse sa demande au président de la CCI territorialement compétent par lettre recommandée avec accusé de réception. Le dossier doit comporter l’ensemble des documents exigés par les textes en vigueur.

  • Le promoteur doit fournir une attestation d’ouverture de compte séquestre avec une garantie financière. Ce document doit formellement préciser les coordonnées de l’agence de domiciliation. Il doit présenter un extrait du RCS de moins d’un mois et un exemplaire certifié conforme à l’original de ses statuts.
  • Le requérant doit aussi transmettre un casier judiciaire vierge qui date de moins d’un trimestre. Il produit également une attestation d’assurance de responsabilité civile professionnelle.

Enfin, il adjoint au dossier un cerfa numéro 15312*01 rempli. Il dépose l’ensemble de ces pièces à la CCI de son département. La carte délivrée reste valable pendant 3 ans. La CCI peut y inscrire six différentes mentions cumulatives. Cela dépend de l’objet social de la nouvelle agence créée. À la fin des formalités, une déclaration d’activité à la préfecture s’impose.

Lancer son agence immobilière

Vente d'appartementUn promoteur peut choisir de faire fonctionner sa société de façon entièrement autonome. Dans ce cas, il ne rend compte à personne. Il se bat pour forger la réputation de son entreprise et pour relever ses principaux défis. Cela implique la conquête de sa propre clientèle.

Un dirigeant d’agence immobilière peut aussi décider d’intégrer un réseau. Il bénéficie alors de la notoriété de son franchiseur. Celui-ci impose souvent des droits d’entrée ou une redevance en échange de l’utilisation de la marque. Il peut également exiger le reversement d’un pourcentage des ventes. Généralement, il propose des formations pour aider ses franchisés à mieux connaître le marché immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *